Orientation Québec

Le piège du choix de l’évitement pour tenter de gérer le stress qui accompagne une situation d’indécision de carrière

Le 28 août, 2017, par Frédéric Piot ,

En orientation professionnelle,l’indécision représente un inépuisable thème de recherches et de publications.

Dans une acceptation générale et tandis qu’elle traduit « l’incapacité d’une personne à  exprimer un choix quand elle est incitée à le faire » (Forer, 2007, p.214), cette dernière peut traduire un état particulièrement déconcertant, frustrant et douloureux à  vivre.

Considérée à l’origine comme une forme d’inadaptation sur le plan personnel et teintée alors très négativement, l’indécision a même été associée à des troubles d’ordre psychologique (Forner et Dosnon, 1991 ; Dosnon, 1996). De manière très schématique, l’indécision traduisait au départ un trait de personnalité, puis a constitué une étape dans le développement de la vie et, depuis plus récemment,  traduit un état de dysfonctionnement chez l’individu, notamment au niveau de la manière dont il traite les informations avant de prendre une décision, de faire un choix (Forer, 2007), en l’occurrence un choix de carrière.

Maintenant l’évitement.

Face à un évènement stressant comme peut l’être une prise de décision (par exemple lors d’un choix de programme d’études devant être fait à la fin du secondaire, durant le Cegep, à  l’université ou un choix de métier durant un processus de rencontre en orientation), il apparaît que le stress alors vécu découle de l’évaluation que l’individu fait, de la situation et de ses propres capacités à  pouvoir y faire face adéquatement. C’est à la suite de cette évaluation qu’il met alors en place des moyens de s’adapter.

Centré sur les stratégies d’adaptation fondées sur l’émotion , l’évitement consiste alors à l’aider à gérer la tension  qui découle de la situation elle-même (« il faut que je fasse un choix et je ne parviens pas à savoir lequel »). L’évitement peut se traduire alors par  le fait de se détourner volontairement du problème, mais aussi par un évitement plus indirect (sommeil, l’alcool, drogues, etc).

Bien que de très nombreuses recherches soulignent en quoi l’évitement s’avère être une stratégie novice pour l’individu (favorisant l’anxiété et la dépression notamment), il apparaît pourtant être l’un des stratégies d’adaptation les plus communes et cela parce qu’il soulage temporairement. Plus largement et alors que l’évitement traduit un désir de reprendre en fait le contrôle sur la situation d’indécision qui est stressante, il semble que ce soit ce principe même du contrôle qui pose problème.
En effet, un tel principe, qui guide les stratégies d’adaptation, inciterait l’individu à évaluer ses pensées et ses émotions inconfortables au moment ou celles-ci surgissent, le à essayer des les éliminer en exerçant sur elles un contrôle (par exemple via l’évitement).

Pourtant, il paraît bien délicat, voire hasardeux de chercher ainsi à vouloir gérer ses propres ressentis intérieurs et comportements pour faire face à une situation aussi aversive et stressante telle que peut l’être un état d’indécision vocationnel. Est-ce même tout simplement possible ?
N’y aurait-il alors pas lieu de voir les choses autrement ?

Dans la continuité des approches basées sur la méditation de la pleine conscience, le modèle de l’acceptation et de l’engagement considère, à l’inverse, que le contrôle face aux situations stressantes n’est pas la solution mais bien ce qui pose problème !

En effet, c’est en cherchant à contrôler les ressentis intérieurs négatifs qui découlent d’une situation stressante ((par exemple « je suis nul, je ne parviens même pas à savoir ce que je veux ») que précisément le risque s’accroît de nourrir ainsi ces ressentis et les voir ainsi se développer en soi, les conduisant alors à exercer une influence sur les agissements et les comportements qui s’en suivent (notamment d’évitement).

Avec l’approche d’acceptation et d’engagement, il est question non plus d’éviter mais, au contraire, d’accueillir de manière ouverte, non résignée, attentive et bienveillante les ressentis négatifs qui se trament derrière cet évitement (par exemple la peine et la culpabilité) et à travers la pratique méditative elle-même. L’enjeu dans cette pratique est alors de faire suffisamment de place en soi pour accueillir ces ressentis et de manière à instaurer progressivement une distance entre ceux-ci et les comportements « conditionnés  » qui peuvent alors en découler.

Vaste projet, aisé à nommer, fort complexe à vivre mais qui vaut, à coup sûr, la peine d’être essayé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *