Nouvelles

Comment faire une réorientation de carrière réussie au Québec

Entreprendre et réussir une réorientation de carrière au Québec avec l’aide d’un conseiller en orientation demeure de l’engagement et des efforts.
Cela implique d’aborder cette période de transition de carrière sans se laisser paralyser par toutes sortes de crainte, d’appréhension et de doute. Difficile. En effet, bon nombre d’individus connaissent d’abord un sentiment profond d’insatisfaction et de perte de sens dans leur emploi et leur carrière avant d’envisager une réorientation de carrière. Plusieurs d’entre eux se sentent même pris dans une espèce d’impasse de laquelle ils ne parviennent pas à sortir.  C’est alors que pour tenter de s’extraire de cet état d’impuissance qui les conduit à tourner à rond, ils sont tentés de tourner la page et d’envisager une réorientation de carrière, une reconversion professionnelle, parfois radicale.

Mais assurer une réorientation de carrière réussie au Québec, est-ce avant tout une réponse pour s’éloigner des inconforts de son ancienne vie professionnelle ?  Ne serait-ce pas plutôt pour s’approcher et concrétiser (enfin) ce qui compte vraiment pour soi dans sa carrière et son emploi ?

La notion d’impasse de carrière

Revenons sur cette notion d’impasse, d’impasse de carrière.

Renvoyant à une forme d’abattement et traduisant une « situation qui n’offre pas d’issue favorable et qui ne mène à rien » (Dictionnaire de l’Académie française, 1992), l’impasse prend la forme d’une perturbation, d’une épreuve même.  Sur le plan professionnel, une impasse de carrière revêt de multiples visages. Par exemple, une employée rapporte stagner depuis 3 ans dans un poste de conseillère, ajoutant avoir engagé, sans succès, à la fois des démarches auprès de son employeur pour tenter de changer de poste, puis présenté plusieurs demandes d’admission à des programmes universitaires dans le but de faire un retour aux études. Une autre, fatiguée, se plaint de ressentir de l’usure et du découragement à devoir sans cesse augmenter son rythme de travail sans qu’il ne lui soit possible d’en vérifier la qualité. Elle se sent désespérée face à une situation qui lui échappe, ajoutant ne plus savoir comment y remédier. Un troisième, exprime avoir tout fait pour son employeur et ne plus savoir quel sens donner à son travail, tandis qu’il lui est sans cesse demandé d’accroître les profits de l’entreprise au détriment du service rendu à ses clients.

Sur le plan expérientiel, l’impasse s’accompagne souvent d’un sentiment de perte de contrôle et de désespoir, ce dernier renvoyant à des attentes négatives à l’égard de soi ou du futur (Beck, Weissman, Lester et al., 1974). Les individus qui vivent une impasse de carrière adoptent souvent des attitudes de retrait et de désengagement, que ce soit à l’égard de leur emploi, de leur employeur, de leurs collègues, mais aussi à l’égard de leur entourage personnel. De surcroît, l’impasse génère de la détresse psychologique, laquelle est caractérisée notamment par des symptômes de stress, d’anxiété et de dépression (Lancry 2007; Lassare, 2005).

Pour sortir du piège de ce sentiment d’impasse et envisager une réorientation de carrière réussie, il est essentiel d’apprendre à apprivoiser ses peurs, ses doutes, mais aussi ses rancœurs et insatisfactions actuelles afin de ne pas se laisser dicter sa conduite par ces dernières. À cet égard, de nombreux auteurs soulignent l’importance d’apprendre à cultiver de la souplesse psychologique.  Cette dernière est définie comme la capacité à s’engager et persévérer dans des comportements et des actions qui sont orientées vers des valeurs personnelles, et cela même sous l’influence de pensées et d’émotions inconfortables ou douloureuses (Hayes, Strosahl et Wilson, 1999; 2012). Démontrer de la souplesse psychologique renvoie à poser des gestes qui sont significatifs pour soi plutôt que des actions conditionnées, impulsives, marquées, notamment, par l’évitement (Ciarrochi, Bilich et Godsell, 2010). Par exemple, une personne fait preuve de souplesse lorsqu’elle s’engage dans une réorientation de carrière qui passe par un retour aux études pour se rapprocher ce qui compte vraiment à ses yeux dans vie et cela même si elle est terrifiée à l’idée d’échouer ou de son tromper dans son choix. En d’autres termes, elle parvient à agir de manière cohérente avec ses valeurs en dépit de son inconfort et de son malaise.  Afin de s’engager dans cette voie, il convient d’être accompagné par un conseiller en orientation qui saura guider la personne dans sa véritable réorientation de carrière. A cet égard et en tant que conseiller en orientation dans les Laurentides, à Montréal et à Laval (à distance), n’hésitez pas à me contacter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.